Templeplate.com MY-VINYL.FR
 

 

Sales Corner
 

THE TECHNO STORE
 

THE ELECTRO STORE
   
   » Mon espace    Shopping Cart / wishlist :
retour au sommaire focus



ELECTRO ASTRONOMY:
Entretien avec les astronautes de Dominance Electricity, Dagobert et Kalson.

Le mini album “Astronauten” sorti sur Dominance Electricity a été l'une des sorties electro phares de l'année 2011. Une bonne raison pour s'entretenir avec les musiciens de l'espace, Dagobert Howe, artiste résident du label Dominance depuis le milieu des années 90, et l'étoile montante de l'electro serbe, Vladan Cvetkovic aka Kalson.

Dominance Electricity Dagobert Kalson at work!


Bravo à tous les deux pour cette belle collaboration! “Astronauten” n'a reçu que d'excellentes critiques; un fan en Argentine a même fait tatouer le visuel de la pochette sur son bras et les morceaux tournent non stop dans mon Ipod. Quelle est votre sentiment face à ce sucès?
Dagobert: Merci! Je suis très content et fier de cette sortie. Le gars avec le tatouage m'a piqué l'idée! (rires).
Kalson: C'est un honneur pour moi d'être de la partie! Le visuel de Juan Giménez génial, nos morceaux sur disques couleurs, le gros poster... j'adore la packaging!
Dagobert: Entre nous, c'est le premier de mes morceaux que je joue en clubs.

Comment cela s'est- il passé? Comment vous êtes- vous rencontrés?
Kalson: Je suis fan de Dominance Electricity et des sorties de Dagobert depuis toujours. En 2009, Direct Control et moi l'avons invité à jouer au Exit Festival en Serbie. Nous sommes restés en contact et avons échangé des sons et des idées qui au final ont abouti à cette collaboration.
Dagobert: Le point de départ de notre collaboration a été quand j'ai fait écouter mon morceau “Astronauten Weltenraum” à Kalson; il a voulu faire un remix. Il a un super feeling pour les sons d'ARP et ses beats classiques de 606/808 contrastent bien avec mes propres structures rythmiques.

Quelles sont vos backgrounds musicaux et vos principales influences?
Dagobert: Toute la journée j'écoute des tas de musiques différentes. Du classique aux génériques de films et à l'ambient experimental. En club,j'aime bien danser sur l'electro house française, l'italo disco voire le dubstep. Et si un bon son electrofunk arrive, mon corps de met à bouger to seul.
Kalson: J'ai toujours été impressionné par les atmosphères profondes et froides des synthés tout comme par les basslines funky et les sections rythmiques bien arrangées. Des musiques comme Pink Floyd, Jean-Michel Jarre, Kraftwerk and Vangelis.

Quand et comment avez- vous commencé à faire de la musique? Avec quel matériel avez- vous commencé et avec quoi travaillez- vous maintenant?
Dagobert: Ca fait environ 20 ans que j'ai touché mon premier clavier bon marché et ça a ressemblé à de la musique. Dans les années 90 j'ai rencontré à plusieurs reprises le duo rap “Prime Dominance” aka Kretzschi et Rascal qui utilisaient un sampleur/séquenceur MPC60. Ensemble on a fait nos premiers morceaux. Je me souviens qu'un jour que j'étais dans le coin, Rascal a dit “ça ressemble à Hashim”, mais à cette époque je n'avais entendu sa musique ou parlé de lui. J'ai aussi appris beaucoup durant la période où je traînais avec M Köppe et la bande Benkenstein qui avait du matos de qualité. Quand j'ai finalement eu ma vieille grosse lady, la MPC3000, j'ai exulté. Je l'utilise toujours, avec quelques synthés Roland, un bon ordinateur et quelques VST pour le mastering.
Kalson: J'ai commencé à profuire en 2005. J'ai débuté en apprenant à travailler avec des simples DAWs (stations audio numériques) et en recherchant des synthés et plus généralement du matériel vintage. Puis je suis passé totalement en numérique car pour moi ça donnait plus facilement de multiples possibilités. Si je sais quel son de synthé analogique je veux utiliser, c'est plus simple de trouver un emulateur dans l'univers numérique. Une autre raison, je préfère le digital car il n'y a pas de prise de tête avec les câbles.

Dominance Electricity Astronauten reviews and fans


Comment décriveriez- vous le style de vos propres productions?
Dagobert: Les bases sont probablement electrobreaks, breakbeat, electofunk et certains jours IDM. Mais je ne veux pas donner moi- même des étiquettes de styles. C'est un mélange de choses avec des sons provenant de nombreuses influences mais que j'essaie de rendre unique. J'appelle ça de l'ELECTRO et c'est tout.
Kalson: Je n'aime pas non plus catégoriser la musique, particulièrement quand il s'agit de mes productions. La base est définitivement electro mais j'apprécie créer de nouvelles choses et les mélanger avec d'autres influences electroniques et non electronique.

Dagobert, ton morceau “The Question” ressemble à un hymne à l'institut S.E.T.I. (centre de recherche sur l'intelligence extraterrestre).
Dagobert: Je veux E.T. comme concierge, un Starship Trooper comme ami et une extraterrestre comme femme. Non, sérieusement, je trouve génial que des gens consacrent leur vie pour trouver des réponses à nos questions. S.E.T.I. Est un projet au sein duquel des gens collectivement évoutent l'espace avec des appareils très simples. La majeure partie de ma vie à avoir avec les sons, donc le fait même d'écouter ce qui se passe là bas me fascine. Je pense qu'il est improbable qu'il n'y ait de la vie qu'ici parmi l'univers. Par exemple Gliese 581g. Très loin, endroit pas très confortable mais un bon plan pour de nouveaux amis extra-terrestres et un nouveau public … (rires)




Kalson, ton morceau “Collosseum In Tokyo” intègre des voix japonaises. Peux -tu nous dire de quoi parle ce morceau?
Dagobert: Je me me suis posé la même question (rires)
Kalson: “Collosseum In Tokyo” vient de DJ GIO MC-505 d'Italie et de DR Shingo du Japon. La version originale et plusieurs remixs vient de sortir sur Disco Volante Records. Pour ce qui est de mon remix sur “Astronauten EP”, j'ai refait les voix pour pouvoir mieux les exploiter avec le vocoder. C'est devenu presque un nouveau morceau, seules les paroles sont les mêmes. Le traduction pourrait être: Tokyo 24H, continuez le beat jusqu'au lever du soleil. Tokyo 24H, dansez jusqu'au lever du soleil.


Vous avez déjà signé tous les deux sur Dominance Electricity. Racontez- nous comment vous avez été signés.

Dagobert: Après quelques temps passés sur le label Harzfein Records de Magic Mayer, les choses ne marchaient pas très bien. Je connaissais l'équipe de Dominance depuis un moment, il sm'ont donné l'opportunité de sortir des morceaux. Quelques temps après “Global Surveyor 1” et le 12” “Sure Shock”, je me rappelle, on était dans le vieil appartement de Kretzschi, le chauffage était en panne, il faisait -10°C et je bossais sur l'intro de “Ready To Rock” avec des gants. On a tous été accroché par ce morceau, et c'est comme ça que j'ai commencé à travailler sur mon premier LP pour Dominance.
Kalson: En 2008, j'avais entendu que Matthias Weise recherchait des choses nouvelles pour la troisième sortie de la série Global Surveyor sur Dominance. J'ai donc commencé à travailler dur sur des nouveaux morceaux et au final, j'ai été très content que “Waiting In The Valley” soit intégré à cet album et au label.

Comment sont les scènes electro et musique electronique dans vos pays respectifs?

Dagobert
: Comme il n'y a plus qu'une demie dizaine de label electro qui existent, je voudrais les saluer! C'est cool de vous avoir! La scène berlinoise a toujours été importante pour moi. Dangerous Drums, les gens sont sympas et ouverts. J'y ai passé beaucoup de temps et mouiller beaucoup de sweats en clubs. Je dois avouer que je n'ai pas une connaissance d'ensemble de toutes les sorties et artistes.
Kalson: Si on parle de musique electronique en général, jepense que les les trois plus importantes sont Novi Sad, Belgrade et Nis. On peut y entendre toutes sortes de musiques electroniques, de la drum n' bass, dubstep, minimal, techno, house and EBM... Peu de personnes écoutent de l'electro mais on fait tout ce qu'on peut pour la développer. Sur le plateau Elektrana du festival Exit, mon frère et moi ainsi que des amis de BAUK (Base of Alternative Art and Culture) organisons un évènement autour de plusieurs styles electroniques qui s'appelle "Bekstvo u Prirodu" (Back To Nature) pour une capacité d'environ 5000 personnes, où nous jouons de l'electro. En hiver, on s'oriente davantage sur des petites soirées un peu partout dans le pays avec par exemple nos amis de E75 Records.

Disques vinyles et cd Astronauten DR46
Quel est votre top 10 toute période confondue?
Dagobert: Bonne question!
-Aural Float ‘New Frontiers'
-Brothomstates ‘Adozenaday'
-IF ‘Space Invaders Are Smoking Grass'
-SEM ‘Phox'
-Sektor 69 ‘Ohrwurm Records'
-Full Moon Fashions ‘Always Feed The Fish'
-Mantronix ‘Needle To The Groove'
-The Prodigy ‘Smack My Bitch Up'
-Jon Hopkins ‘Cold Out There'
-French Stereo ‘Cosmonaut (Hyboid Remix)'
Kalson: Il y a plein de bonnes choses mais je vais essayer. Sans ordre:
-Dynamik Bass System ‘Arabian Dreams'
-Mandroid ‘Jupitor'
-Dagobert ‘Bass Invasion'
-SEM ‘Phox'
-Faceless Mind ‘Drakskeppet'
-Sbassship ‘Four Dimensional Existence'
-Blastromen ‘Escaping Don't Compute'
-Legowelt ‘Get In'
-Anthony Rother ‘Destroy Him My Robots'
-David Michael Cross ‘Future Man'

Quelles sont vos propres productions préférées?

Dagobert: Tout sur “ Astronauten” mais aussi ‘Dark Power', ‘Inharmonic Whispers' and ‘Activity'.
Kalson: ‘Digital Baroque', ‘Colosseum In Tokyo', ‘East Universe' et mon remix de Telefunk ‘Masina za Ples'.

Dagobert, ton premier album éponyme sorti en 97 vient d'être réédité sur Dominance. Quel est ton sentiment sur ces années et qu'est- ce qui a le plus changé?
Dagobert: Je peux dire que la sortie de cet album a eu pour moi l'effet d'une bombe. Le clip de ‘Inharmonic Whispers' passé chaque nuit à la télé dans le programme ‘Space Night'. C'était dingue. Il me semble que depuis ce temps, mes morceaux sont devenus plus dançants. J'arrive mieux à restituer les idées qui me viennent à l'esprit. J'ai de la chance de pouvoir faire cr sue je fais. Je dois dire que tout le côté scfi de l'electro est quelque chose de très important pour moi. Que serait l'electro sans Star Trek, Star Wars et tout ce qui tourne autour des robots et des machines, sans un regard frénétique sur le futur? C'est génial de voir que les choses ont une continuité. J'espère que ça ne s'arrêtera jamais et que toujours plus de gens y pariciperont.

Quel est le futur pour tout cela? Le monde cessera- t- il en décembre 2012 ou l'espèce humaine conquérera- t- elle un jour l'espace? Quels sont vos plans?
Kalson: Dans les deux cas, j'attrapperai une bouteille de scotch, quelques jolies blondes ou brunettes et jouerai de la musique de Weltraum. (rires). En plus de plein de soirées en hiver, je traveillerai sur un album et d'autres choses.
Dagobert: Tout se tapage autour de la fin du monde me fatigue vraiment. Jusqu'à cette fameuse fin, je serai en train de travailler sur un nouveau concept album avec des gros sons d'electro experimental et d'ambient spacial. ET entre temps, j'espère avoir le temps de travailler sur des demandes de remix. D'après ce que je sais, la prochaine sortie sur Dominance sera le LP Various “Electrofunk Resistance” sur laquelle Matthias Weise travaille secrètement depuis un moment maintenant. Attention!


Dagobert & Kalson Astronauten Dominance Electricity DR046

Liens vers Dominance Electricity: dominance-records.de
http://www.facebook.com/dominanceelectricity
http://www.twitter.com/dominance_rec
Acheter les disques de Dominance Electricity: Templeplate
MP3s sur iTunes, Juno etc et sur http://mp3s.dominance-records.de


  Infos  |  Contact   |  Newsletter  
  templeplate.com 2005-2012