Attention Attention : Il est possible d'écrire sur le fichier de configuration : /home/templepl/www/catalog/includes/configure.php. Ceci est un risque potentiel - Mettez les bonnes permissions sur ce fichier.
Templeplate.com MY-VINYL.FR
 

 

Sales Corner
 

THE TECHNO STORE
 

THE ELECTRO STORE
   
   » Mon espace    Shopping Cart / wishlist :
retour au sommaire focus


Interview de Dynamik Bass System - Janvier 2009

Salut Thomas et toute l'équipe de DBS. Parlons de votre très attendu LP “The Mighty Machine” qui sort sur l'excellent label electro funk allemand Dominance Electricity. Dans quel état d'esprit êtes- vous actuellement vis- à- vis de la sortie du disque? Excité, stressé, curieux de connaître la réactions des gens?
Thomas : Salut TP! Pour commencer, je voudrais dire un grand merci à tout le monde pour votre patience. On a mis beaucoup de temps pour finir cet album. On est vraiment content qu'il soit enfin prêt et disponible. Biensûr, je suis très curieux des réactions des fans electro. Je suis conscient que 10 ans après la première sortie de DBS, le marché de la musique en général mais aussi de l'electro ont beaucoup changé. J'essaie donc d'avoir des attentes réalistes.

Peux- tu décrire l'album? Quelles étaient vos intentions?
Thomas : L'album est clairement tourné vers la old school, c'est une sorte de retour en arrière. Je sais qu'il y a encore beaucoup de fans de ce style et le disque leur est directement adressé. Il y a des musiciens qui sortent des albums régulièrement dès qu'il ont de la matière. Pour ma part je voulais un album concept sur lequel tous les morceaux collent parfaitement avec ce style old school, c'est pour ça que par exemple des morceaux comme “Robotmachine” n'y figurent pas.

On attendait l'album pour l'année dernière. Pourquoi ça a mis tant de temps pour aboutir, si on met de côté le travail fourni pour Dominance Electricity sur la compilation “Global Surveyor Phase 2”. Pourquoi ce choix de publier sur Dominance?
Thomas : A la base, il était prévu que l'album sorte sur Gigolo, un contrat était prêt mais il a été annulé au bout de quelques temps. Il y a plusieurs éléments qui ont retardé le projet. Le plus important était de trouver le label qui collerait le mieux avec l'esprit de l'album. Dominance était le plus adapté. Biensûr, on avait pensé le sortir nous- même mais on n'a pas l'expérience et les connexions d'un label déjà en activité. Partir de zero est quelque chose de très compliqué et puis notre job c'est la musique donc on a préféré se concentrer exclusivement sur la partie artistique.

Faisons un peu plus votre connaissance... d'où êtes- vous? Comment êtes- vous venus à l'electro? Quels sont vos backgrounds electro? Qu'est- ce qui vous a poussé à acheter des synthés et à commencer de produire des morceaux?
Thomas : Je suis originaire de Bavière en Allemagne. J'y vis encore. Mon premier contact avec la musique electronique était dans les années 80 quand mon frère aîné a ramené à la maison des disques vinyles d'un ami dj qu'il devait enregistrer sur cassette. Il y avait toute sorte de styles et biensûr de l'electro et de la funk. J'étais vraiment impressionné par les voix de robots et les sons sci fi de l'espace. Là, j'ai sû que je voulais faire ma propre musique. Quelques années plus tard, j'ai rencontré TecRoc du label Kommando 6. Il habitait près de chez et avait un bonne expérience de la prod. Il m'a laissé utiliser son matos et notamment la TR808. Ca m'a vraiment plu. C'est allé très vite, j'ai commencé mon apprentissage, et comme j'avais un peu d'argent, j'ai pu investir dans du matériel. A ce moment- là, les ordinateurs n'étaient pas assez puissants pour faire de la musique, le hardware était la meilleure solution. Aujourd'hui, tu achètes un ordinateur, tu télécharges les programmes et plug in dont tu as besoin mais ça n'est pas vraiment comme travailler avec de “vraies” machines.

Peux- tu nous dire comment se déroule le processus de création? Tu arrives au studio avec des idées précises ou bien tu te mets à tes machines en attendant le bon truc?
Thomas : Plus tu connais tes machines et plus tu peux transposer tes idées en musique. En fait, maintenant, je vais où je veux assez rapidement. Parfois, au fur et à mesure que tu avances, il arrive que le résultat soit complètement différent de ce que tu attendais. En principe, je n'ai pas de recette. J'y passe juste beaucoup de temps... mes amis et partenaires le confirmerons probablement.

Comment est ton studio maintenant? Que penses- tu des softwares?
Thomas : Depuis un petit moment, j'utilise un ordi (Mac/ Logic 8) mais je continue d'utiliser les vieilles interfaces hardware. Ils ont tout simplement un son bien spécial. J'ai tout un tas de sons paramètrés. On utilise le Mac et des softs exclusivement pour les lives lors des soirées, c'est plus simple à transporter.

Quels sont les artistes dont tu te sents le plus proche?
Thomas : J'ai plusieurs influences musicales. C'est plutôt sympa de faire différents styles comme la Côte Ouest, Miami bass, techno bass ou free style. Ma plus grosse influence a été celle de la Côte Ouest, c'est indéniable: World Class Wreckin Crew, Egyptian Lover et la funk comme Midnight Star, The Deele, etc. Le mélange de la funk et de l'electro est relativement rare aujourd'hui.

Quels sont tes thèmes musicaux favoris? Sci fi, robots? Où trouves- tu l'inspiration? Qui écrit les paroles? Vous les écrivez avant de faire la musique ou après?
Thomas : Je présume que que tous les fans d'electro sont également fans de Sci Fi. L'electro est Sci Fi. L'inspiration vient parfois de films mais la plupart du temps, quand j'entends quelque chose qui me plait, ça me donne envie de commencer quelque chose. En ce moment, c'est plutôt la collaboration avec d'autres artistes qui m'e donne des idées. Ca me donne beaucoup d'inspiration d'échanger des idées avec d'autres personnes. Les paroles sont d'abord enregistrées vite fait, quand les bases du morceau sont faites. Puis j'enregistre à nouveau le tout proprement puis je travaille chaque détail jusqu'à ce que tout colle parfaitement. Ecrire des paroles, ça n'est pas mon truc donc je suis bien content d'avoir des personnes qui m'aident comme mon collègue de DBS S. Gezgin ou Juniorrock de Californie qui a écrit les lyrics de “We Are Binary”.

Tu as travaillé avec des poids lourds de la production de la scène new school comme Exzakt, Bass Junkie, Imatran Voima. Cependant, tes morceaux ont souvent ce côté retro... comment faits- tu pour garder ce style vintage tout en ayant un son propre très reconnaissable?
Thomas : Je suppose qu'il y a toujours une marque de fabrique personnelle. Je n'ai pas forcément la volonté de créer dans un style particulier. Je faits juste ce que j'aime faire, ça vient naturellement.

Dix ans se sont écoulés depuis ton premier EP sur le label de Dj Hell International Deejay Gigolo Records. Que penses- tu de ton parcours? De quoi es- tu le plus fier?
Thomas : Biensûr, je suis fier d'avoir sorti des prod sur un gros label comme Gigolo Records. Dj Hell nous a découverts lors d'une soirée d'ouverture, grâce à un collègue qui a joué un de nos dubplate. Je crois que la soirée se passait juste un étage en dessous de l'appartement de Dj Upstart de Disko B. L'expérience Gigolo a été plutôt intéressante malgré le fait que ce qu'on faisait était très différent. La musique electro est mon hobby, c'est vraiment le fun qui me fait avancer. J'aime ce que je fais et si ça plaît à d'autres, ça me rend heureux.

Que penses- tu de la scène electro actuelle? Peux- tu ne dire quelques mots sur la scène electro de Munich?
Thomas : Tout dépend ce que tu entends par la scène electro... les musiciens, ceux qui l'écoutent ou les clubbers? Pour ce qui est des clubs, il n'y a pas de scène à Munich. Beaucoup de gens utilisent le terme “electro” mais ils pensent en fait à quelque chose d'autre. Les fans de notre type d'electro sont disséminés partout dans le pays mais ils ne sont pas en nombre suffisant à Munich pour qu'il y ait une véritable scène locale. Toutefois, les communautés internet comme electroempire.com, electroalliance.net, thenewcrackkills.de, etc. permettent aux fans et aux producteurs de la planète d'être en contact les uns avec les autres. C'est en fait là qu'on rencontre la “scène” electro et qu'on peut d'ailleurs se mettre en relation avec d'autres artistes pour des collaborations.

Quels sont tes projets à venir après l'album? Aura- t'on la chance de voir un Mighty Machine Tour cette année 2009?
Thomas : Je l'espère. On verra bien. Si il y a suffisament de demandes, ça devrait être possible. J'ai plusieurs projets de sorties et collaborations, surprise. Je vous invite à faire un tour régulièrement sur notre site.

Merci beaucoup pour cette interview. Nous souhaitons un beau succès à cet album.
Thomas : Merci également. Ravi d'avoir fait votre connaissance.

Discographie de Dynamik Bass System: http://www.discogs.com/artist/Dynamik+Bass+System
Acheter les disques de Dynamik Bass System: DBS sur Templeplate
Acheter les disques de Dominance Electricity: Dominance sur Templeplate
Lire la chronique de "The Mighty Machine": Chronique de Templeplate



Téléchargez le Mighty Mix

  Infos  |  Contact   |  Newsletter  
  templeplate.com 2005-2012